Laurent Peyrondet, leader de l’opposition, a officialisé sa candidature aux municipales. Il affrontera à nouveau Jean-Michel David, le maire sortant.

SO26.11.13

Sur les allées Ortal, c’est au bar Le Cantabria, un commerce qu’il exploite, que Laurent Peyrondet, conseiller municipal d’opposition depuis 2008, a officialisé le lancement de sa campagne pour les élections municipales de 2014. Une conférence de presse durant laquelle la tête de liste Vivons Lacanau, entouré d’une dizaine de personnes de son équipe, a pu communiquer sur sa lettre de candidature et aussi sur un questionnaire de satisfaction ayant pour sujet le bilan de l’actuelle majorité. Les habitants devraient recevoir les documents dans les prochains jours.

Laurent Peyrondet, fils de l’ancien maire de Lacanau Michel Peyrondet, retourne donc à la bataille des municipales. En 2008, lors du deuxième tour, sous l’étiquette divers gauche, il avait recueilli 38,48 % des suffrages (1 070 voix). Jean-Michel David, le maire sortant divers droite, était arrivé en tête avec 45,67 % (1 270 voix). Dans un peu moins de quatre mois, Laurent Peyrondet tentera de trouver les « clés » pour ravir le siège de maire à Jean-Michel David, qui brigue son troisième mandat.

Évidemment, après un mandat dans l’opposition à ferrailler sur les tous les dossiers, Laurent Peyrondet, 49 ans, qui est aujourd’hui encarté au MoDem, aura engrangé de l’expérience. Sur le « terrain » des élections, il aura aussi continué à battre la campagne. Il s’était présenté au scrutin des cantonales de 2011. Et s’il n’a pas été en mesure de figurer au deuxième tour contre la socialiste Pascale Got, empêché par le bon score du candidat du Front national, il sera arrivé en tête à Lacanau au soir du premier tour. Sur ses « terres », une satisfaction pour le candidat.

En présentant une nouvelle candidature aux municipales, Laurent Peyrondet, soutenu par le MoDem, a bien l’intention de récolter les fruits de son engagement et de « réduire » ces 200 voix qui le séparaient de Jean-Michel David, lors du deuxième tour des municipales. Pour cela, il s’est appliqué à donner l’image d’une opposition « constructive » et non « systématique ». Un bilan qu’il revendique aujourd’hui.

Samedi matin, Laurent Peyrondet a déclaré vouloir être « un maire de terrain entouré d’élus de terrain qui exercent pleinement leur mission ». Pour lui, la démocratie locale « c’est le partage du pouvoir et une approche participative et concertée de la gestion des affaires collectives ». Au sujet de la gestion de Jean-Michel David, il n’a pas manqué de lancer quelques piques. « À Lacanau, on n’a pas anticipé sur l’évolution de la population. Tout a été fait dans l’urgence. » Et le candidat de prôner l’accueil de la nouvelle population « par une politique de logement raisonnée et accessible à tous, dans le respect du patrimoine et de l’environnement ».

Un membre de l’équipe, Jérémie Boisson, a alors soulevé la question du développement économique de la ville et de la création d’emplois, « en mettant les moyens nécessaires pour rendre la ville plus attractive nous attirerons de nouvelles entreprises dans le domaine technologique ou industriel ».

L’enjeu des municipales sera aussi en lien étroit avec le fonctionnement de la Communauté de communes. Au sujet des Lacs médocains, Laurent Peyrondet a indiqué qu’il accordait toute sa confiance à Henri Sabarot, l’actuel président de la CdC et maire de Carcans. Et qu’il ne souhaitait pas non plus que cette présidence « tourne » au lendemain des élections. En ce qui concerne la récente démission de Romain Marcet, le premier adjoint de Jean-Michel David, qui avait aussi été l’un des adjoints de Michel Peyrondet, Laurent Peyrondet s’est voulu prudent. « Il aura sûrement des choses à dire durant la campagne. Il est intéressant. » Pour autant, il ne semble pas que la « porte » de Vivons Lacanau soit ouverte au démissionnaire. Lequel n’a d’ailleurs fait aucune déclaration publique sur ses intentions.

Source : Sud Ouest du 26/11/13